suivez-nous sur facebook
facebook
menu
Livre Mal de dos, mal de Bouffe
"Un livre indispensable, sur les relations certaines entre qualité des graisses et douleurs."
France Guillain

le fascia

Le mot fascia est d'origine latine. Il est défini dans les dictionnaires de latin comme une bande, un bandage, une bandelette, avec l'illustration d'une momie égyptienne. Dans presque tous les dictionnaires médicaux, la définition du mot fascia se résume en cinq mots : "fine membrane enveloppant le muscle". Compte tenu des nombreuses fonctions connues du fascia à ce jour et de certainement d'autres encore à découvrir, cette définition superficielle est bien limitée.

Le fascia est un organe capital dont dépend une bonne partie de notre santé. Nous le retrouvons partout dans notre organisme : c'est une fine membrane translucide qui gaine bien entendu tous nos muscles, à partir de la simple fibre musculaire jusqu'au corps entier du muscle et des tendons, mais aussi chacun de nos organes, chaque os, les parois des vaisseaux sanguins, le cerveau, chaque organe de notre tube digestif, etc. Le fascia est un organe unique enrobant tous nos organes en formant un long ruban dans notre organisme. C'est la raison de certaines réactions qui se produisent en chaîne ou à distance dans notre corps.

À l'instar de l'intestin qui produit une contraction permanente pour faire progresser le bol alimentaire, le fascia a une activité mécanique permanente. Grâce à cette motilité et lorsqu'elles sont fluides, les graisses, qui sont en contact avec le fascia, peuvent circuler dans notre organisme. Nous pouvons imaginer que l'activité du fascia ressemble à une petite vague qui avance toujours dans le même sens.

Ce mouvement de vague, que nous observons sur la figure animée ci-dessous, se produit au plus profond de notre peau ainsi qu'autour de chacun de nos organes. Si les graisses qui sont en contact avec le fascia sont fluides, elles peuvent surfer sur cette vague.

Motilité fasciale

Un dysfonctionnement du fascia peut être la conséquence directe d'un traumatisme, y compris intra-utérin. Il peut aussi être la conséquence d'un acte chirurgical. Une mauvaise cicatrice et une liposuccion, par exemple, entraînent souvent des lésions irrémédiables du fascia.

Mais la cause la plus courante de dysfonctionnement du fascia est l'alimentation : lorsque notre alimentation est mal assimilée par notre organisme, nos graisses deviennent dures et adhérentes au fascia. Le fascia est bloqué par les graisses et ne peut plus les faire circuler. L'activité motrice du fascia est vitale. Lorsqu'elle est absente, nous constatons que :

1. les réserves énergétiques des cellules graisseuses ne peuvent plus se déplacer vers la zone où elles sont nécessaires.

2. dans les zones de notre organisme qui nécessitent un isolement thermique les graisses ne peuvent plus arriver.

3. l'hypoderme, durci, n'amortit plus efficacement les chocs directs et le fascia se trouve menacé.

4. notre organisme ne peut plus se débarrasser des déchets et des toxines.

5. nos cellules souches adultes ne peuvent plus circuler en toute liberté dans notre organisme. Ce dernier ne peut plus les utiliser pour se régénérer.