suivez-nous sur facebook
facebook
menu
Livre Mal de dos, mal de Bouffe
"Un livre indispensable, sur les relations certaines entre qualité des graisses et douleurs."
France Guillain

la moelle épinière

Notre moelle épinière est contenue et protégée dans le canal rachidien (les vertèbres). Elle fait partie du système nerveux central. Elle transmet les ordres moteurs du cerveau à nos muscles, mais, aussi, elle fait remonter vers le cerveau les messages sensitifs. de tous nos nerfs périphériques. Elle est constituée de neurones et de cellules gliales, cellules entourant les neurones et participant à leur bonne santé. Les circuits nerveux de la moelle épinière sont au nombre de trois :

  1. le circuit descendant du cerveau pour transmettre les ordres moteurs à nos muscles
  2. le circuit ascendant faisant remonter toutes les informations sensitives de nos nerfs périphériques
  3. le centre de coordination : la moelle épinière n'est pas qu'un réseau de câbles électriques, mais un centre de décision. Par exemple, lorsque deux messages de même ordre arrivent à la moelle épinière, elle traite en priorité le message le plus important. Elle fait une analyse sélective de tous les messages qui lui arrivent.
Moelle épinière
La moelle épinière - coupe

La moelle épinière gère les réflexes. Lorsque nous nous brûlons la main, par exemple, notre réflexe de retrait immédiat est provoqué par notre moelle épinière. Mais, en même temps, elle transmet l'information au cerveau qui déclenche la douleur si le message est important.

Notre moelle épinière a un diamètre d'environ 1 cm et une longueur de 50 cm. Elle est entourée et protégée par les trois méninges. La racine antérieure de la moelle épinière a une fonction descendante, transmettant l'ordre moteur du cerveau au muscle. La racine postérieure, elle, a une fonction ascendante, transmettant les informations des nerfs sensitifs vers le cerveau.

Ainsi, dans le mal de dos, elle transmet, de manière ascendante, les messages de pression locale trop importante vers le cerveau et transmet ensuite, de manière descendante, l'ordre de contraction du cerveau vers les muscles.